Twil again, let’s twil again (like we did last summer)

Twil again, let’s twil again (like we did last summer)

Attention, on préfère vous prévenir avant tout le monde : Twil est un concept tellement cool que son acronyme (“The Wine I Love”) risque d’être le nouveau Swag ou Milf. Twil, c’est d’abord l’histoire de deux amis : Alfred et Erwann, huitième d’une génération de vignerons. Ensemble, ils ont donné naissance à ce qu’ils aiment définir comme un Shazam / Shopify du vin. On vous a prévenu que c’était beaucoup trop bien. Encore mieux : pour chaque nouvelle Box, Twil nous souffle les accords mets&vin qui se marient avec les recettes signatures du chef du moment. 

DÉMOCRATISER L’ACCÈS AU VIN 

Tout commence avec la passion jaja d’Erwann de Barry, tombé dans la marmite vinicole très jeune grâce à ses parents propriétaires d’un domaine en Provence. Un jour, il expose son constat à Alfred Laurent, son ami d’enfance : un coup de cœur pour un vin finit souvent en note griffonnée sur un papier destiné à finir à la poubelle ou au fond d’une machine à laver. Idem pour une photo d’étiquette prise à la volée lors d’une soirée. En 2014, ils donnent vie à la solution : TWIL, une application qui permet de scanner un vin, simplement à partir de la photo de son étiquette. Et surtout, qui livre toutes les informations importantes à son sujet : cépages, année, région mais aussi idées d’accord mets&vin, impressions de la communauté, etc… Ça, c’est pour le côté Shazam : hyper utile quand on sait que 82% des Français avouent être bien perplexes, une fois arrivés au rayon vin. “L’idée c’est de simplifier les codes” nous confie Alfred. Aujourd’hui, il y a beaucoup de termes techniques qui nécessiteraient presque une formation pour y comprendre quoique ce soit. C’est pour cela que sur l’application et le site, nous avons mis nos propres pastilles sur chaque fiche de vin. Par exemple, “Plaisir” ou “Classique” : cela permet de s’identifier, de se projeter et donc de choisir plus facilement !

Alfred Laurent, co-fondateur de Twil

METTRE EN RELATION AMATEURS & VIGNERONS

Oui, parce qu’avant de vous expliquer la partie Shopify, on vous dévoile le côté Tinder de Twil. Parce qu’une fois que votre vin est enregistré dans votre “carnet de dégustation”, l’application vous met en relation avec le vigneron en vous donnant l’opportunité d’acheter directement le vin de sa propriété. Et ça, c’est que du bonus pour tout le monde : un accès immédiat à de supers vignerons partout en France côté amateur ; de l’autre, une vraie belle vitrine pour le vigneron. “Un site marchand coûte cher, demande du temps pour être animé ainsi que des compétences pour le référencer sur les moteurs de recherche : c’est la raison pour laquelle 80% des vignerons n’en ont pas” nous explique Alfred. TWIL leur met à disposition un outil facile et ludique pour faire de la vente directe en ligne. Twil leur offre ainsi l’opportunité de créer leur boutique en ligne en leur fournissant gratuitement la solution logistique pour vendre en circuit court. Et surtout pour vendre mieux : en réduisant drastiquement le nombre d’intermédiaires (pas de grossiste, pas de distributeur) jusqu’au consommateur, Twil permet aux vignerons d’augmenter leur marge moyenne de 35%.

UN VOYAGE ŒNOLOGIQUE 

On y arrive : le côté Shopify. Aujourd’hui Twil propose également une sélection personnalisée en fonction de la bouteille scannée. En fonction de l’activité sur l’application (commentaires, notes, etc), des recommandations se mettent en place.  Par ailleurs, d’autres fonctionnalités sympa et collaboratives existent : la géolocalisation, la possibilité de taguer un ami… Aujourd’hui, Twil affiche plus de 200 000 références sur ses plateformes (site et application) dont 25 000 bouteilles disponibles à la commande.

Dernière feelgood news pour la fin : Twil a récemment ouvert son showroom parisien au 31, rue Nollet (Paris XVII) et ils vous attendent avec impatience !

Twil >> www.twil.fr / AppStore / Google Play

Retrouvez les accords mets&vin de Twil dans chaque Box MoiChef
En ce moment, plongez dans l’univers du chef Alexandre Couillon