On s’attable avec Corentin Brison

On s’attable avec Corentin Brison

“Lâche ton suédois et pense artisanat” annonce une pancarte signée par Corentin Brison dans sa boutique éponyme du 10ème arrondissement de Paris. On adopte ce nouveau mantra sans problème après avoir siroté un café avec l’intéressé qui nous explique sa passion avec un sourire solaire.

LES MAINS DANS LA TERRE

À l’instar de Patrick Bertron, Corentin Brison s’est lancé avec une école hôtelière, plutôt côté salle ; “j’ai laissé la cuisine aux passionnés” (bien qu’il ne délaisse jamais une bonne tablée). Après quelques hôtels et un restaurant étoilé, Corentin reprend le chemin des études avec une double licence : “histoire de l’art pour la passion, droit pour rassurer mes parents” rigole t-il. Au cours de ces trois années, son chemin croise celui de Yasmine, artiste céramiste : “j’ai mis les mains dans la terre et je me suis senti apaisé”. Cette rencontre le conduit à signer immédiatement pour un cours de poterie qui deviendra vite son rayon de soleil hebdomadaire.

© Une assiette créée par Corentin & une photo prise par Laetitia Vallée

LE PLAISIR DE L’ATTENTE

Il y a deux ans, Corentin trouve ce local, grand et lumineux, qu’il imagine comme un lieu mêlant boutique, stages & café. Le week-end, l’artiste accueille donc des potiers en herbe ; une dimension très importante pour lui, qui a déjà transmis sa passion à deux de ses élèves, devenus désormais céramistes. Les “stagiaires” découvrent à leur tour la fascination initiale éprouvée par Corentin : celle de transformer un morceau de terre en un objet concret. Bonus : ils expérimentent l’attente, une denrée rare, pour remporter leur céramique chez eux. Entre les temps de cuisson et de finitions, la céramique, ça se mérite…et le plaisir n’en est que démultiplié. Alors qu’il travaille déjà avec de nombreux restaurateurs & fleuristes, Corentin espère désormais développer sa gamme, sa “patte à lui”

UN ATELIER CHEZ CORENTIN

“Je vous préviens, je n’en ai jamais fait et  je ne suis pas du tout manuel(le)”. Si jamais cette phrase reflète votre pensée et vous a déjà retenu de vous inscrire à un atelier de céramique, sachez que Corentin l’entend pratiquement avant chaque début de cours. Et qu’il y répond systématiquement : “c’est noté et on en reparle dans deux heures”. Deux ans après l’ouverture de son local, on le sent toujours heureux d’observer les réactions des élèves, tout aussi fascinés que lui après son premier cours. “En général, les gens sont surpris du contact avec la matière, du côté très doux. Et puis ils sont surpris de voir qu’ils savent faire quelque chose de leurs mains, de donner vie à un objet. Bref, que des bonnes surprises !”

© Petit bol nacré par Corentin, photo par Laetitia Vallée

Un atelier chez Corentin, ça dure quatre heures, réparties sur deux jours (en général le week-end). Les deux premières heures, on se forme sur les tours de potier. “Je donne seulement une quantité de terre assez facile à travailler, pour la forme c’est champ libre”. En général, nous explique t-il, “les mains et la terre forment quelque chose qui n’était pas nécessairement prévu”. La beauté du geste, en somme. Ces premières formes sèchent ensuite jusqu’au lendemain, jusqu’à atteindre une consistance dite “de cuir”. On attaque alors l’étape du tournassage qui permet d’enlever l’excès d’argile et les imperfections à l’aide de petits outils métalliques. Après avoir lissé le tout, place au décor avec les émaux (poudres de verres teintées) fabriqués par Corentin lui-même. Après cela, votre objet profite de 8 jours de séchage à l’air libre -nécessaires pour enlever toute trace d’humidité- avant de repartir au four pour une deuxième cuisson. Une fois cette dernière terminée, vous récupérez votre création, avec le sentiment de la découvrir à nouveau (et beaucoup de fierté bien sûr). Le plaisir de l’attente, on vous dit !

Pour tenter l’expérience chez Corentin, c’est par ici.


© Risotto signé Marion Flipo, assiette par Corentin & 📷 par Laetitia Vallée

Corentin = un instagram @corentin_paris + un site sur corentinbrison.com
et un rendez-vous (toujours agréable) au 21, avenue Claude Vellefeux – Paris Xème